Personnalités du mois!

Juin 2018

Christelle Khadra (UdeM)

Christelle est candidate au doctorat à la Faculté des Sciences Infirmières de l’Université de Montréal sous la supervision du Dre Sylvie Le May. Elle a complété son baccalauréat en sciences infirmières au Liban en 2010 avant de s’installer à Montréal pour poursuivre ses études supérieures. Son intérêt pour la recherche clinique sur la douleur a débuté pendant ses études de maîtrise à l’Université de Montréal, complétée en 2012, lorsqu’elle s’est concentrée sur les échelles de mesure et a développé l’Échelle de Souffrance des Adolescents ayant le Cancer. Depuis le début de son doctorat en 2014, sa recherche est axée sur la gestion de la douleur, en particulier sur les interventions non pharmacologiques. Elle étudie l’effet de la réalité virtuelle sur la gestion de la douleur chez les enfants ayant subi des brûlures. Christelle est membre actif de la communauté de la recherche sur la douleur. Elle a été pendant un an la représentante des communications du RQECD et pendant trois années consécutives vice-présidente de la conférence de recherche au Centre de recherche du CHU Ste-Justine. Elle est également étudiante au sein du groupe Pain in Child Health (PICH), une initiative de formation stratégique des IRSC. Enfin, Christelle est toujours à la recherche d’opportunités d’apprentissage dans le domaine de la douleur tel que démontré par sa participation au cours Pediatric Pain Master Class en 2015, l’École Nord-Américaine de la Douleur en 2016 ainsi qu’un stage de recherche de trois mois en neuroéthique de la douleur à l’Université de Georgetown.

Mai 2018

Sara Touj (UQTR)

Sara est étudiante au doctorat au laboratoire de neuroanatomie de l’université du Québec à Trois-Rivières sous le mentorat du professeur Gilles Bronchti et du professeur Mathieu Piché. Sara a obtenu son diplôme d’ingénieur en biologie en 2013 de l’Institut national des sciences et de la technologie en Tunisie. Après cela, elle a complété un master en Neurosicence à EPHE, Sorbonne en France. Elle s’est inscrite au programme de doctorat en sciences biomédicales à l’UQTR en 2015. Elle travaille sur un modèle animal de cécité congénitale. À l’aide de plusieurs techniques d’IRM, d’immunohistochimie et d’histologie, elle étudie les mécanismes sous-jacents de l’hypersensibilité à la douleur dans la cécité précoce. Sara est un membre très actif et passionné de la communauté de la recherche sur la douleur et veut poursuivre sa carrière de chercheuse dans le domaine de la douleur. Elle terminera bientôt son doctorat et cherche à intégrer un laboratoire de recherche clinique en douleur pour son postdoc.

 

Avril 2018

Élora Midavaine (UdeS)

Élora est candidate au doctorat à l’Institut de pharmacologie de l’Université de Sherbrooke sous la supervision du Pr Philippe Sarret. Elle a complété un baccalauréat en biochimie à Sherbrooke en 2012 pour ensuite se joindre au laboratoire du Pr Sarret, d’abord comme étudiante à la maitrise, puis au doctorat en 2015. Utilisant un modèle de douleur cancéreuse osseuse chez le rat induit par des métastases osseuses du cancer du sein, elle investigue l’efficacité analgésique et anti-cancéreuse de la modulation pharmacologique, génique et allostérique du récepteur chimiokinergique CCR2. Élora est une membre très active et passionnée au sein de la communauté scientifique en recherche sur la douleur, tel que peuvent en témoigner ses 2 années de présidence au sein du QNJPI/RQECD et sa récente participation à la North American Pain School (NAPS) en 2017. Forte de son expérience en laboratoire et au sein de nombreux comités, elle a développé un profond intérêt pour la recherche dans le domaine de la douleur et est activement à la recherche d’un stage postdoctoral qu’elle entreprendra à la suite de son doctorat.

 

Mars 2018

Maria Zamfir (Université McGill)

Maria est étudiante au doctorat à l’Université McGill et travaille à l’Institut neurologique de Montréal. Maria a complété son baccalauréat en neuroscience à l’Université McGill. En 2013, elle a été acceptée dans le programme de rotation du programme intégré en neurosciences (PIN) à McGill. Grâce à ce programme, elle a effectué trois stages dans divers domaines de recherche avant de commencer son projet de doctorat en recherche sur la douleur. Sous la supervision du Prof. Philippe Séguéla, elle étudie actuellement le rôle des récepteurs mu opioïdes dans le cortex cingulaire antérieur de la souris. À l’avenir, elle espère poursuivre sa passion pour l’art et les neurosciences et sera à la recherche d’un poste postdoctoral.

 

Février 2018   

Clémentine Brun (ULaval)

Clémentine est étudiante au doctorat en réadaptation à l’Université Laval et affiliée au Centre Interdisciplinaire de Recherche en Réadaptation et Intégration Sociale (CIRRIS) à Québec, sous la  direction des Professeures Catherine Mercier (U. Laval) et Candy McCabe (Bath, Royaume-Uni). Avant ses études doctorales, Clémentine a gradué en Psychologie en France (équivalent maîtrise).

Actuellement, dans le cadre de ses études doctorales elle étudie les altérations des représentations du corps et du mouvement en présence de douleur aiguë et chronique (fibromyalgie et syndrome douloureux régional complexe) grâce à système robotisé de type exosquelette couplé à de la réalité virtuelle 2D. En 2017, elle a effectué un stage de 6 semaines dans le laboratoire de Candy McCabe au Royal National Hospital of Rheumatic Diseases (RNHRD) à Bath, le RNHRD étant un centre d’expertise européen dans le traitement des douleurs chroniques. Après son doctorat, Clémentine va poursuivre ses études postdoctorales au Québec, dans le laboratoire du Dr Roy à Montréal, et continuer à travailler dans le domaine de la douleur.